14 mai 2017 – « Une famille juive du temps de l’exode » : Anny Bloch au salon du livre de la Wizo

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

une-famille-juive-du-temps-de-lexode-danny-blochL’exode, juin 1940. Yvonne Dockès n’a pas vingt ans. Avec ses parents, elle quitte les Vosges pour rejoindre Nîmes dans le Sud de la France. Tous trois voyagent dans leur Citroën, atteignent la Haute Loire et s’arrêtent à Saugues. Pour Yvonne et sa famille, cet arrêt dû au hasard, imposé par la débâcle, dure trois mois, de juin à septembre 1940. Yvonne écrit alors 150 recettes d’une écriture dense et régulière dans un petit carnet. Celui-ci va l’accompagner tout au long de de son existence, un repère, un guide. Dans l’exil, la mémoire des nourritures familiales reste un ancrage face au désarroi et à la faim. Lire la suite…

3 mai – 2 juin 2017 : « J’ai mis le jour dans la nuit » – Exposition Thomas Gleb

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Carton d'invitation Exposition GLEB« Ne vois-tu pas que ces signes s’ouvrent à nous comme des espoirs et qu’ils portent en eux la vie comme l’homme son âme ? Ne vois-tu pas que ces signes se lèvent et nous regardent à travers l’oubli, le temps aveugle et le devenir » (correspondance inédite) « Voir l’immensité interne, la libérer, comme un fakir au cirque tirant d’un petit anneau des dizaines de foulards… le dedans un trésor caché » (extraits du Journal de Thomas Gleb) Lire la suite…

Mardi 03 mai 2016 – Guta Tyrangiel Benezra au Cercil

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Guta Tyrangiel Benezra« Je laisse des traces… alors j’ai vécu »

Alors que sa mère et sa sœur Hannah ont été assassinées dans un camp en janvier 1943 et que son père, peu après, a été assassiné dans le ghetto de Varsovie, Guta, née dans le ghetto en 1940 survivra grâce à un polonais qui la cachera et la traitera comme sa propre fille. Aidée par ce père d’adoption, elle se retrouve à Strasbourg dans les années soixante et entreprend des études supérieures. Elle s’y marie avec Claude, Juif marocain. Le couple aura deux enfants, Annouchka et Patricia. Puis c’est le Canada où la famille se retrouve à Ottawa. Au début des années 80, elle choisit de vivre ses dernières années en Israël, auprès de ses filles et de ses petits‐enfants.

Guta Tyrangiel Benezra, Le grand témoin du Cercil.
Dans son livre, L’Ombre des préjugés, récit autobiographique publié en 2014 par les éditions L’Harmattan, Guta dévoile son destin non par choix mais par nécessité…

Organisé avec Anima & Cie et Loire Vistule
Guta Tyrangiel Benezra ©TDR

Musée‐Mémorial des enfants du Vel d’Hiv – Orléans

Dimanche 22 mai 2016 – Calima Jazz

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Photos page 8La Calima est un vent du désert qui apporte une brume de sables et de poussières très particulières sur les iles Canaries.

« Qu’opposer à la violence et à la haine ? Qu’opposer au chaos ? Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits, qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs. Tous les Hommes, créatures créatrices du pire, et du meilleur. Et quand leurs musiques et leurs chants nous traversent, corps et âme, elles nous bouleversent, nous étreignent, nous animent, nous enlacent. Alors ? Alors reste la musique.  » Lire la suite…

Mercredi 22 juin 2016 – Récital « Confluence(s) »

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Benjamin AlunniCréation pour le Festival des Cultures juives 2016
QUAND MELODIE FRANÇAISE ET CULTURES JUIVES S’EMBRASSENT : AUDACE !
Benjamin Alunni
est chanteur lyrique et porteur du projet musical Confluence{s} qui met en avant les liens entre la Mélodie française et les cultures juives.

Intéressé par le travail des musiciens francophones s’étant inspirés des cultures juives, il a constitué un corpus de pièces, pour la plupart méconnues ou inédites, allant du début du XXe siècle (œuvres des pionniers d’Israël) à nos jours (œuvres contemporaines). Celui-ci rassemble une quinzaine de compositeurs et compositrices et des œuvres en quatre langues (français, hébreu, yiddish et araméen) composées pour le concert et non pour le culte. Lire la suite…

Mardi 12 Avril 2016 – Jacinta «Résister, Vivre !»

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

file000046Avril, horizon des souvenirs et commémorations en Europe
Luttes de femmes pour un monde juste ici et sur le continent sud- américain.

Jacinta chantera les femmes en général, sa grand-mère Nehama, fuyant son shtetl de Khmelnits pour arriver dans un monde où elle a dû tout réapprendre. Sa mère, les combats contre la maladie, le désir de vivre au delà des contraintes du quotidien, car vivre n’est pas durer, mais donner un sens à notre passage éphémère.

Seule, à la guitare, fidèle compagne, Jacinta nous livre des lueurs de vies, afin de construire un chemin pavé d’amour, d’espoir. Lire la suite…

Dimanche 6 Décembre 2015 – « Anima fait son festival… »

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

photo présentationPour la première fois à Paris !
LES BUBBEY MAYSE
Les cordes du violon et du violoncelle résonnent, les anches de l’accordéon diatonique et de la clarinette vibrent, les voix s’en mêlent… Sans perdre le fil, les quatre instrumentistes-chanteuses des Bubbey Mayse dévoilent un ouvrage acoustique autour de la musique klezmer et des chansons yiddish. Lire la suite…

Dimanche 6 décembre 2015 – « Anima fait son festival…  » 20h30 (Clôture)

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

FW4A9612Pour la première fois à Paris !
Duñarea Trio

AU FIL DU DANUBE « Les chants d’un voyage » Ce concert spectacle est une plongée lyrique et poétique dans l’univers des Balkans et de l’opérette et chansons austro-hongroises. Fidèle aux sinuosités du Danube qu’elle épouse, la musique reflète l’univers et l’identité des différents pays que le fleuve traverse.

Les accents de Johan Strauss, Franz Lehar, Emmerich Kalman, Zoltan Kodaly, Bela Bartok, Amade Laszlo résonnent, entre deux poèmes d’amour et d’exil, et quelques danses ou piano violon et voix se répondent langoureusement.. Lire la suite…