17 décembre 2017 – Les Bubbey Mayse au Cercle Bernard Lazare

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Bubbey_MayseQuatre femmes. Quatre personnalités.

Les Bubbey Mayse proposent une nouvelle sensibilité musicale autour de la musique klezmer et de la chanson yiddish.

D’une mélodie pure vers une écriture orchestrée, d’une chanson intimiste à un chœur communicatif, d’un quartet vocal a capella à une explosion instrumentale… Leur musique, chargée d’émotions, module ce répertoire venu d’Europe centrale et d’Europe de l’est avec finesse et modernité.

Les Bubbey Mayse, c’est la puissance du son de quatre femmes qui s’expriment. C’est une musique engagée, menée par la force du collectif.

Une élégante folie habille ces quatre musiciennes qui, dans une chaleur communicative et avec complicité, font partager l’instant.

Elsa Signorile : Clarinette, Chant,

Juliette Divry : Violoncelle, Chœurs,

Morgane Labbe :  Accordéon, Chant,

Margaux Liénard : Violon, Chœurs

Contact : Cercle Bernard Lazare : 01 42 71 68 19

P. A. F. 15 et 10 €

CD disponible à la vente

Bbbmayse-pochette_web

7 décembre 2017 – Récital Confluence(s)

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Quand mélodie française et cultures juives s’embrassent

De 1914 à 2009. Du Kaddish de Maurice Ravel à celui de Graciane Finzi, en passant par Milhaud, Honegger, Barraine, Martineau et d’autres, ce programme est un itinéraire choisi à travers le XXème siècle et jusqu’à nos jours. C’est la première fois qu’un programme de récital de mélodies tissé de culture juive est proposé. Entre tradition et modernité, francophonie et judéité, ces mélodies non synagogales, destinées au concert, livrent un peu de notre Histoire. Lire la suite…

29 novembre 2017 – Première du film « Les résistants du train fantôme »

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Cycle découvertes du Saint-André au cinéma Saint-André des arts

Les résistants du train fantômeUn épisode méconnu de l’histoire de la Résistance et de la Déportation. La véridique et hallucinante histoire d’un train maudit.
Le Train Fantôme ? L’un des derniers convois de déportés, qui a mis deux mois pour parvenir à Dachau, pendant l’été 1944, au moment même où la France se libérait, où partout les gares étaient bombardées, les voies ferrées sabotées. Lire la suite…

15 juin 2017 – Le rêve américain

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Dans le cadre du « Festival des Cultures Juives  » : Le Bagel – Atelier culinaire
Coordination Jeannine Franier et Annie Rapoport Rayski

A 11h30 au Cercle Bernard Lazare, 10 rue Saint-Claude, Paris 3e – 10 €

Réservations : 01 42 71 68 19 ou bernardlazare@noos.fr

Intervenante : Anny Bloch, socio-anthropologue, spécialiste de la cuisine judéo-alsacienne et de la cuisine juive créole de la Nouvelle-Orléans, auteure du livre Une famille juive du temps de l’exode (Michel Houdiard éditeur, 2017)

Festival des Cultures Juives_LogoLogoAnima1-150x43CBL_Logo

 

21 juin 2017 – Jacques Faitlovitch et les tribus perdues

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Dans le cadre du « Festival des Cultures Juives  »  : Projection et rencontre

FAITLOVICZ - DORES

Jacques Faïtlovitch découvre les Juifs d’Ethiopie lors de sa première mission d’exploration en 1904.
 Le film retrace le parcours d’un personnage atypique à la recherche des tribus perdues.

Quel homme était-il ? Sa silhouette se dessine au travers d’interviews, de photos d’archives et de correspondances. C’est une traversée des cultures du monde du siècle dernier jusqu’à aujourd’hui, en passant par Lodz, Paris, Addis-Abeba, New York et Tel-Aviv. Lire la suite…

19 juin 2017 – « Rêve & Psychanalyse »

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Dans le cadre du « Festival des Cultures Juives  »

Alessandra Berghino psychanalyste, praticienne à l’Espace analytique ; Elle est aussi docteur en histoire du judaïsme italien du XVIIIème siècle en Italie où elle est née. Elle a étudié avec Giovanni  Lévi et Carlo Ginsbourg à Paris et a travaillé  de nombreuses  années à l’O.S.E où elle a créé,  pour le centre Edith Kremsdorf, une chorale pour les personnes  souffrant d’aphasie.

Max Kohn psychanalyste, membre de l’Espace analytique et de la Fondation Européenne pour la Psychanalyse, lauréat en 2006 et membre du jury du Prix Max Cukierman.

Guillaume Bertrand praticien en hypnose classique et ericksonienne. Après avoir commencé par le spectacle, il se consacre à la thérapie et à l’étude de l’hypnologie, de la psyché et des mécanismes humains. Il pousse ses recherches dans les traditions anciennes, spirituelles ou philosophiques, tout en les alliant avec les connaissances et les approches modernes et scientifiques. Le rêve, sa portée symbolique et sa fonction inconsciente font parties de ses thèmes de recherches. Il proposera quelques démonstrations et différents types d’approche, du phénomène hypnotique classique à l’hypnose ericksonienne en passant par le rêve éveillé dirigé.

Lundi 19 juin, 17h30
Mairie du 4e, 2 Place Baudoyer, Paris 4e 5 € – réservations : festivaldesculturesjuives.org

LOGO_FESTIVAL image001

14 mai 2017 – « Une famille juive du temps de l’exode » : Anny Bloch au salon du livre de la Wizo

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

une-famille-juive-du-temps-de-lexode-danny-blochL’exode, juin 1940. Yvonne Dockès n’a pas vingt ans. Avec ses parents, elle quitte les Vosges pour rejoindre Nîmes dans le Sud de la France. Tous trois voyagent dans leur Citroën, atteignent la Haute Loire et s’arrêtent à Saugues. Pour Yvonne et sa famille, cet arrêt dû au hasard, imposé par la débâcle, dure trois mois, de juin à septembre 1940. Yvonne écrit alors 150 recettes d’une écriture dense et régulière dans un petit carnet. Celui-ci va l’accompagner tout au long de de son existence, un repère, un guide. Dans l’exil, la mémoire des nourritures familiales reste un ancrage face au désarroi et à la faim. Lire la suite…