15 juin 2017 – Le rêve américain

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Dans le cadre du « Festival des Cultures Juives  » : Le Bagel – Atelier culinaire
Coordination Jeannine Franier et Annie Rapoport Rayski

A 11h30 au Cercle Bernard Lazare, 10 rue Saint-Claude, Paris 3e – 10 €

Réservations : 01 42 71 68 19 ou bernardlazare@noos.fr

Intervenante : Anny Bloch, socio-anthropologue, spécialiste de la cuisine judéo-alsacienne et de la cuisine juive créole de la Nouvelle-Orléans, auteure du livre Une famille juive du temps de l’exode (Michel Houdiard éditeur, 2017)

Festival des Cultures Juives_LogoLogoAnima1-150x43CBL_Logo

 

21 juin 2017 – Jacques Faitlovitch et les tribus perdues

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Dans le cadre du « Festival des Cultures Juives  »  : Projection et rencontre

FAITLOVICZ - DORES

Jacques Faïtlovitch découvre les Juifs d’Ethiopie lors de sa première mission d’exploration en 1904.
 Le film retrace le parcours d’un personnage atypique à la recherche des tribus perdues.

Quel homme était-il ? Sa silhouette se dessine au travers d’interviews, de photos d’archives et de correspondances. C’est une traversée des cultures du monde du siècle dernier jusqu’à aujourd’hui, en passant par Lodz, Paris, Addis-Abeba, New York et Tel-Aviv. Lire la suite…

19 juin 2017 – « Rêve & Psychanalyse »

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Dans le cadre du « Festival des Cultures Juives  »

Alessandra Berghino psychanalyste, praticienne à l’Espace analytique ; Elle est aussi docteur en histoire du judaïsme italien du XVIIIème siècle en Italie où elle est née. Elle a étudié avec Giovanni  Lévi et Carlo Ginsbourg à Paris et a travaillé  de nombreuses  années à l’O.S.E où elle a créé,  pour le centre Edith Kremsdorf, une chorale pour les personnes  souffrant d’aphasie.

Max Kohn psychanalyste, membre de l’Espace analytique et de la Fondation Européenne pour la Psychanalyse, lauréat en 2006 et membre du jury du Prix Max Cukierman.

Guillaume Bertrand praticien en hypnose classique et ericksonienne. Après avoir commencé par le spectacle, il se consacre à la thérapie et à l’étude de l’hypnologie, de la psyché et des mécanismes humains. Il pousse ses recherches dans les traditions anciennes, spirituelles ou philosophiques, tout en les alliant avec les connaissances et les approches modernes et scientifiques. Le rêve, sa portée symbolique et sa fonction inconsciente font parties de ses thèmes de recherches. Il proposera quelques démonstrations et différents types d’approche, du phénomène hypnotique classique à l’hypnose ericksonienne en passant par le rêve éveillé dirigé.

Lundi 19 juin, 17h30
Mairie du 4e, 2 Place Baudoyer, Paris 4e 5 € – réservations : festivaldesculturesjuives.org

LOGO_FESTIVAL image001

14 mai 2017 – « Une famille juive du temps de l’exode » : Anny Bloch au salon du livre de la Wizo

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

une-famille-juive-du-temps-de-lexode-danny-blochL’exode, juin 1940. Yvonne Dockès n’a pas vingt ans. Avec ses parents, elle quitte les Vosges pour rejoindre Nîmes dans le Sud de la France. Tous trois voyagent dans leur Citroën, atteignent la Haute Loire et s’arrêtent à Saugues. Pour Yvonne et sa famille, cet arrêt dû au hasard, imposé par la débâcle, dure trois mois, de juin à septembre 1940. Yvonne écrit alors 150 recettes d’une écriture dense et régulière dans un petit carnet. Celui-ci va l’accompagner tout au long de de son existence, un repère, un guide. Dans l’exil, la mémoire des nourritures familiales reste un ancrage face au désarroi et à la faim. Lire la suite…

3 mai – 2 juin 2017 : « J’ai mis le jour dans la nuit » – Exposition Thomas Gleb

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Carton d'invitation Exposition GLEB« Ne vois-tu pas que ces signes s’ouvrent à nous comme des espoirs et qu’ils portent en eux la vie comme l’homme son âme ? Ne vois-tu pas que ces signes se lèvent et nous regardent à travers l’oubli, le temps aveugle et le devenir » (correspondance inédite) « Voir l’immensité interne, la libérer, comme un fakir au cirque tirant d’un petit anneau des dizaines de foulards… le dedans un trésor caché » (extraits du Journal de Thomas Gleb) Lire la suite…

Mardi 03 mai 2016 – Guta Tyrangiel Benezra au Cercil

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Guta Tyrangiel Benezra« Je laisse des traces… alors j’ai vécu »

Alors que sa mère et sa sœur Hannah ont été assassinées dans un camp en janvier 1943 et que son père, peu après, a été assassiné dans le ghetto de Varsovie, Guta, née dans le ghetto en 1940 survivra grâce à un polonais qui la cachera et la traitera comme sa propre fille. Aidée par ce père d’adoption, elle se retrouve à Strasbourg dans les années soixante et entreprend des études supérieures. Elle s’y marie avec Claude, Juif marocain. Le couple aura deux enfants, Annouchka et Patricia. Puis c’est le Canada où la famille se retrouve à Ottawa. Au début des années 80, elle choisit de vivre ses dernières années en Israël, auprès de ses filles et de ses petits‐enfants.

Guta Tyrangiel Benezra, Le grand témoin du Cercil.
Dans son livre, L’Ombre des préjugés, récit autobiographique publié en 2014 par les éditions L’Harmattan, Guta dévoile son destin non par choix mais par nécessité…

Organisé avec Anima & Cie et Loire Vistule
Guta Tyrangiel Benezra ©TDR

Musée‐Mémorial des enfants du Vel d’Hiv – Orléans